10 juillet 2014

Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre

Couverture de Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendreAuteur: Ruta Sepetys
Edition: Gallimard (Scripto)
Année de parution: 2011
Nombre de pages: 412

Résumé: "Lina est une jeune lituanienne comme tant d'autres.Très douée pour le dessin, elle va intégrer une école d'art. Mais une nuit de Juin 1941,des gardes soviétiques l'arrachent à son foyer. Elle est déportée en Sibérie avec sa mère et son petit frère, Jonas, au terme d'un terrible voyage. Dans ce désert gelé, il faut lutter pour survivre dans les conditions les plus cruelles qui soient.
Mais Lina tient bon, portée par l'amour des siens et son audace d'adolescente. Dans le camp, Andrius, dix-sept ans, affiche la même combativité qu'elle..."


Mon avis:
"Ne leur donne rien, Lina. Même pas ta peur."


C'est une chronique qui va m'être, je pense, difficile à écrire. Tout simplement parce que ce livre m'a extrêmement touchée, et même si je m'attendais à un coup de cœur, je n'en espérais pas tant.

"Il n'y avait pas de doute, nous étions en sécurité.

En sécurité dans les bras de l'enfer."

"Je les haïssais, oui, je haïssais le NKVD et les Soviétiques. Ce jour-là, je plantai une semence de haine dans mon cœur, jurant qu'elle deviendrait un arbre gigantesque dont les racines les étrangleraient tous."

Lina est une jeune Lituanienne qui va être déporté dans un camp de travail avec sa mère et son petit frère, Jonas. Son père a été déporté un peu avant eux, mais elle ne sait pour l'instant pas où. Lina va connaître l'humiliation, la peur, le chagrin, l'horreur mais aussi l'amour dans l'enfer des camps de travaux mais aussi en Sibérie, ce désert de glace dans lequel elle sera déportée plus tard.

"Ils étaient tout simplement heureux d'aider quelqu'un, de réussir quelque chose, même s'ils ne devait pas en tirer profit. On était au fond du gouffre et on avait essayé d'atteindre le ciel. Je compris soudain que si on se soutenait les uns les autres, on en serait peut être moins éloignés."


Lina est un personnage qui m'a marquée. Par son caractère, sa force, son courage et l'injustice qu'elle ressent envers la situation et qu'elle ne cache pas, ce que font d'habitude la majorité des personnages dans ce genre de roman et que je ne comprends pas. En plus de m'y être attachée, je me suis beaucoup reconnue en elle. Elle est devenue mon personnage féminin préférée (avec Tris de Divergente).
Andrius ne m'a par contre pas spécialement marquée. Je ne l'ai pas trouvé suffisamment touchant et certaines de ses réactions m'ont parue excessive et m'ont énervée. 
J'ai beaucoup aimé la mère de Lina, qui a une force incroyable. Mais aussi la petite Janina, qui est terriblement touchante et attachante.
Lina nous parle régulièrement de sa famille, et c'est ainsi que j'ai pu m'y attachée, même si la plus part d'entre eux n'apparaissent pas "physiquement" dans le roman.

"Je me demandais si la lune était apparu dans le ciel et à quoi elle ressemblait.Un jour, papa m'avait dit que, d'après les conjectures des savants, la Terre vue de la Lune paraissait bleue. Ce soir-là, je le croyais, je voulais bien le croire. Je l'aurais volontiers représentée ainsi: bleue et pleine de larmes."

"Sur mon corps pourrissant pousseront des fleurs. Je serai dans ces fleurs et connaîtrai ainsi l'éternité."


L'écriture de l'auteure est magnifique. C'est pourquoi je vous cite beaucoup plus de passages que d'habitude. C'est une plume fluide, forte et poétique.
L'histoire est comme un témoignage puisque l'auteure a interviewé plusieurs déportés. Il y a même un personnage apparaissant à la fin, qui a réellement existé, et qui a réellement fait ce qu'il a fait dans ce roman. Ce qui m'a encore plus émue. 
J'ai presque pleuré tout au long de ma lecture, et j'avoue avoir pleuré une heure après l'avoir refermé. A cause de tout ce que ces personnages ont traversé, des choses affreuses qui se sont réellement produites, parce que je quittais Lina et avais fini un roman exceptionnel. Dans ce roman j'ai ressenti de l'amour, de la tristesse mais surtout de la colère. Ça a été le sentiment dominateur pour moi. En partie parce que Lina est révoltée, ce qui est parfaitement compréhensible. 
Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre  m'a totalement dévastée. Il m'a fait encore plus pleurer que Nos étoiles contraires de John Green. Il a même pris une place aussi importante que lui dans mon cœur, si ce n'est plus.
J'aime tout dans ce livre: les personnages, la plume, l'histoire, la couverture, le titre.
Ce roman m'a aussi fait réfléchir, particulièrement à la fin, lors d'une note de l'auteure. Je vous cite ce qu'elle a écrit: "En 1991, après cinquante ans d'occupation, les pays baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie) ont retrouvé leur indépendance et, avec elle, la paix et la dignité. Ils ont préféré l'espoir à la haine et montré au monde qu'une lumière veille toujours au fond de la nuit la plus noire.
S'il vous plait, parlez-en autour de vous. Ces trois minuscules nations ont appris au monde qu'il n'est pas de plus puissante arme que l'amour. Quelle que soit la nature de cet amour - qui peut aller jusqu'à pardonner à ses ennemis - il nous révèle la force miraculeuse de l'esprit humain."  
Ce livre est Krassivaïa. Ceux qui l'ont lu comprendront, les autres comprendront plus tard. Ce mot russe qui m'était totalement inconnu il y a quelques semaines, est maintenant bourré de sens pour moi. Je l'écris partout: sur mes bras, mes mains, mes cahiers... Partout.

"Il n'y avait que deux issues possibles en Sibérie: ou bien survivre, c'est à dire réussir, ou bien mourir, autrement dit échouer. J'avais choisi la vie. J'avais choisi de survivre."


J'espère vraiment vous avoir fait comprendre à quel point il m'a émue, marquée, presque détruite durant quelques heures. Alors s'il vous plait, lisez-le. Tous. De mon côté, je compte bien l'acheter (c'était un emprunt) et le relire encore et encore. Je ne m'en lasserai jamais. Pour moi, il sera toujours Krassivaïa.

"Est-il possible que ce soit si difficile de mourir ?"

"Maman dit qu'ils vont tous aller en enfer. Mais surtout ne le répète à personne, ajouta-elle en se redressant. C'est un secret, d'accord ? Tu vois, Liale, ma poupée, elle est là-haut dans le ciel. Elle me parle. Elle me raconte des choses. C'est des secrets en fait, mais Liale m'a permis de te les dire."
Janina à Lina."


♡ ♡ ♡ Inoubliable♡ ♡ ♡

Quelques autres couvertures ainsi que des images:
Couverture : Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre Couverture : Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre Couverture : Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre Couverture : Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre Couverture : Ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre 

Quelques mots sur l'auteure:
Ruta SepetysRuta Sepetys est née d'un père réfugie lituanien.Elle est née dans le Michigan où elle a été élevée dans l'amour de la musique et des livres par une famille d'artistes. Elle étudie la finance internationale et vit quelque temps en Europe (Paris). Puis elle part pour Los Angeles afin de travailler dans l'industrie de la musique. Aujourd'hui mariée, elle vit dans le Tennessee, à Nashville, avec sa famille.

12 commentaires:

  1. J'ai hésité à le choisir l'autre jour à FL... Dommage... Mais je pense vraiment le noter dans ma WL, parce qu'avec ta chronique, j'ai l'impression d'être passée à côté d'un livre immanquable !

    (au passage, je t'ai taguée ^^ : http://liredelivres.blogspot.fr/2014/07/tag-book-blogger-test.html)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas une impression xD
      Désolée je l'ai déjà fait :s

      Supprimer
  2. Ta chronique m'a vraiment donné envie de lire ce livre !
    ~Maya~

    RépondreSupprimer
  3. J'ai adoré ♥, mais je dois dire que je n'ai pratiquement pas pleuré ! D'ailleurs, ça m'a surprise, car je suis du genre à me noyer dans mes larmes ces derniers temps... En tout cas, Big Easy est dans ma Wishlist depuis !! Oooh, très jolies les couvertures des autres pays *-*

    RépondreSupprimer
  4. Je souhaite absolument lire ce livre ! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu pourras vite te le procurer ;)

      Supprimer
  5. Ca a l'air dévastateur, en effet ! Je m'y attends un peu, au vu des chroniques que j'ai déjà lues. Je l'ai dans ma PAL mais ce n'est pas une de mes lectures prioritaires pour le moment :)

    RépondreSupprimer
  6. J'ai eu les larmes aux yeux rien qu'en lisant ta chronique . Il faut vraiment que je l'emprunte à la médiathèque.
    Continue comme ça petite soeur même si tu as le talent d'agrandir ma wish-list qui est déjà si grande :P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh c'est chou merci big sister ! :3 OUI EMPRUNTE-LE.
      Huhu

      Supprimer

Merci pour votre commentaire :) ! ♥