22 juillet 2014

Panic

Couverture : PanicAuteur: Lauren Oliver
Edition: Hachette (Black Moon)
Année de parution: 2014
Nombre de pages: 364

Résumé: "Panic a commencé comme tant d'autres choses à Carp, une ville sans issue de 12.000 habitants au milieu de nulle part : parce que c'était l'été, et qu'il n'y avait rien d'autre à faire.
Heather n'a jamais pensé qu'elle ferait partie de Panic, un jeu légendaire auxquels participent des diplômés, où les enjeux sont élevés et dont les récompenses le sont encore plus. Elle ne s'est jamais considérée comme courageuse ou comme le genre de personnes prêtes à lutter pour se démarquer. Mais lorsqu'elle trouve quelque chose - et quelqu'un - pour qui se battre, elle découvre qu'elle peut être plus forte qu'elle ne l'a jamais pensé.
Dodge n'a jamais été effrayé par Panic. Son secret va lui permettre de survivre et de le faire tenir jusqu'à la fin du jeu, il en est certain. Mais ce qu'il ne sait pas, c'est qu'il n'est pas le seul à posséder un secret. Tout le monde joue dans un but.
Pour Heather et Dodge, le jeu va apporter de nouvelles alliances, des révélations inattendues, ainsi que la possibilité
 du premier amour pour chacun d'entre eux - et la connaissance que, parfois, les choses que nous craignons sont celles dont nous avons le plus besoin. "

Mon avis:
Un grand merci à William et aux éditions Hachette pour ce livre ! ♥

J'attendais ce livre depuis si longtemps. Je crois que je l'attendais depuis avant sa sortie en VO, la première chose qui m'avait attirée été la splendide couverture de la VO (qui n'est malheureusement pas la même que la VF, ce qui est bien dommage), l'auteure, car Lauren Oliver est une de mes auteures préférées, puis le résumé. Mais quand les premières chroniques sont arrivées, j'ai eu vraiment très peur car elles n'étaient pas très objectives et je voulais à tout prix aimer ce livre. Alors oui, j'ai aimé Panic, mais j'en attendais tellement plus...

"Personne ne croyait à la fin de Panic. 
Le jeu devait continuer. 
Le jeu continuait toujours."

Aux Etats-Unis, dans la petite ville de Carp, un jeu nommé Panic est organisé chaque été. Un jeu qui peut vous permettre de remporter une grosse somme d'argent, mais pour cela, il faut gagner. Et gagner Panic n'est pas si facile. En effet, les épreuves sont de plus en plus dangereuses, à chaque instants, les participants risquent leur vie.

"A la frayeur succéda un éclair de lucidité: voilà sur quoi reposait Panic en réalité. Voilà à quoi tenait la véritable peur. On ne connaissait jamais vraiment les autres, pas complètement. On devait toujours se contenter de parier à l'aveugle."

J'ai un gros problème avec les personnages car je ne sais pas si je les ai aimé ou non. Et je crois que ça ne m'est jamais arrivé. Autant ils peuvent être attachants, autant ils peuvent être énervants. Je ne saurais même pas comment vous les décrire non plus puisque c'est limite si je ne sais pas qui ils sont. Ils ont été trop peut creusé et pas assez travaillé à mon goût. Ce qui est l'un des gros points négatifs de ce livre puisque les personnages sont très importants pour moi dans un livre. Des personnages qui ne sont pas intéressants m'empêcheront toujours d'avoir un coup de cœur, même si l'intrigue est géniale.
Heather est une jeune fille brisée, tout d'abord par sa vie de famille, mais aussi part sa vie amoureuse. C'est alors part pur désespoir qu'elle participe à Panic. Mais son but va vite changer au cours du roman.
Dodge est lui aussi brisé, à cause de ce qui est arrivé à sa sœur, une ancienne participante de Panic, son seul et unique but est la vengeance. 
Bishop m'a touchée, mais pas assez pour que je l'aime, comme tous les personnages, certaines choses chez lui m'ont déçues.  
Vous l'aurez compris, les personnages manquent cruellement d'approfondissement selon moi.

"- Ce que je veux dire, continua-t-elle, c'est que, quand on aime une personne, quand on tient à elle, on prend le bon et le mauvais. On ne s'arrête pas aux moments heureux, à la facilité, tu comprends ?
(Anne à Heather)"

(Je tiens tout de suite à vous parler de la stupide façon dont les gens ont assimilé ce livre à Hunger Games, avant même qu'il sorte. Parce que ce livre ne ressemble en rien à Hunger Games, ce n'est pas une dictature, les participants du jeux ne s’entre-tuent pas, ce jeux est même interdit par lois, et ce n'est même pas une dystopie. Voilà, c'était juste une petite parenthèse pour expliquer qu'à un moment donné, il faut arrêté de comparé tout et n'importe quoi à Hunger Games.)

La plume de Lauren Oliver est très jolie, mais malheureusement pas autant que dans Delirium, dans lequel elle était tout simplement merveilleuse, magique. C'est  bien dommage.

Ensuite, le rythme n'était malheureusement pas soutenu. En effet,  il y a du suspens à chaque fin de chapitre, donc on est tout excité et pressé de savoir la suite SAUF que lorsque l'on démarre le chapitre suivant: paf, une longueur. J'ai trouvé ça vraiment très très lassant et énervant.

Mais je pense que ce qui m'a le plus déçue, ce sont les épreuves de Panic. Elles sont censées être stressantes et je n'ai pourtant quasiment rien ressentie. C'est bizarre car beaucoup d'autres lecteurs (même ceux qui n'ont pas aimé ce livre) ont ressenti de l'angoisse, et moi pas. 

Il m'a aussi fallut une bonne soixante de pages pour réussir à entrer dans l'histoire.

Rassurez-vous, il y a quand même des points positifs. L'intrigue est intéressante et est très réaliste, je crois que ce genre de jeux et même très susceptible d'exister au Etats-Unis. 
La fin est très jolie et j'ai beaucoup aimé certains passages du livre.

"Elle savait, maintenant, qu'il y avait toujours une lueur au-delà des ténèbres, au-delà de la terreur, au-delà du gouffre. Il y avait le soleil à porter de main, l'air, l'espace et la liberté.
Il existait toujours une issue. Inutile d'avoir peur."

Ma lecture est loin d'être mauvaise, mais si vous saviez à quel point ce livre me tentait, m'intriguait. Je voulais avoir un gros coup de cœur et je ne l'ai pas eu, c'est pourquoi ma chronique est loin d'être objective. Je ne le conseille pas spécialement, surtout aux fans de Lauren Oliver, qui, comme moi, risque d'être bien déçus par cette auteure pourtant si talentueuse.

Bon livre

Autre couverture:
Couverture : Panic

Quelques mots sur l'auteure:
Lauren OliverNée aux Etats-Unis le 8 novembre 1982, Lauren Oliver est titulaire d’un diplôme de philosophie et de littérature à l’université de Chicago, elle a ensuite suivi une formation en arts à l’université de New York et a brièvement travaillé comme assistante d’édition chez un éditeur new-yorkais, avant de se consacrer entièrement à l’écriture.

3 commentaires:

  1. J'ai été super déçue par ce livre aussi. Les personnages ne m'ont pas plu et je trouve qu'ils n'évoluent absolument pas, et la plume de Lauren Oliver ne ressemble en rien à celle de Delirium.
    Et je suis contente de voir que toi aussi tu n'as pas ressenti le côté "panique" dans les épreuves du jeu. J'ai lu pas mal de chroniques où les gens disaient avoir eu le souffle coupé blablabla et je commençais à me demander si c'était moi qui était insensible haha.

    J'avoue que la première fois que j'ai lu le résumé, bien avant que le livre sorte, je me suis dit "Ca ressemble beaucoup à Hunger Games quand même !". Mais il faut pas longtemps pour se rendre compte que ça n'a rien à voir, en fait.

    RépondreSupprimer
  2. Ce livre tente depuis un petit moment, il faudrait que je le lise ^^
    ~Maya~

    RépondreSupprimer

Merci pour votre commentaire :) ! ♥