15 juillet 2016

Dans les forêts de Sibérie

Auteur: Sylvain Tesson
Edition: Folio
Année de parution: 2013
Nombre de pages: 290

Résumé: "
Assez tôt, j'ai compris que je n'allais pas pouvoir faire grand-chose pour changer le monde. Je me suis alors promis de m'installer quelque temps, seul, dans une cabane. Dans les forêts de Sibérie.
J'ai acquis une isba de bois, loin de tout, sur les bords du lac Baïkal.
Là, pendant six mois, à cinq jours de marche du premier village, perdu dans une nature démesurée, j'ai tâché d'être heureux.
Je crois y être parvenu.
Deux chiens, un poêle à bois, une fenêtre ouverte sur un lac suffisent à la vie.
Et si la liberté consistait à posséder le temps ?
Et si le bonheur revenait à disposer de solitude, d'espace et de silence – toutes choses dont manqueront les générations futures ?
Tant qu'il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu."

Mon avis:
J'ai découvert ce livre en début d'année sur la chaîne Croque les mots (que je vous recommande d'ailleurs vivement ainsi que son blog!). Il m'a rapidement fait envie car il abordait des thèmes qui m'intéressaient grandement: la société, la fuite du temps et bien sûr l’ermitage. Et personnellement, rien que le résumé me fait battre le cœur un peu plus vite. Bien que j'ai mis du temps à le lire à cause de la fin des cours, je n'en ressors pas le moins du monde déçue.

"La rage carnassière à abattre les kilomètres. L'envie de mourir d'avancer. Parfois, j'allais tel un possédé marchant jusqu'au délire, à l'épuisement. Dans le Gobi, je m'arrêtais pour passer la nuit, là, m'écroulant sous moi à l'endroit de mon dernier pas et repartais le lendemain, sitôt l’œil ouvert, machinalement. Je jouais au loup, à présent je fais l'ours. Je veux m'enraciner, devenir de la terre après avoir été du vent. J'étais enchaîné à l’obsession du mouvement, drogué d'espace. Je courais après le temps. Je croyais qu'il se cachait au fond des horizons."

Ce livre est une sorte de carnet de bord. L'auteur l'a rédigé tandis qu'il vivait seul dans une cabane en Sibérie après avoir décidé de s'isoler parce que le monde actuel l'étouffait. C'est peut-être surprenant à dire, mais je me suis vite retrouvée dans son état d'esprit puisque ce genre d'expérience me fait réellement rêver depuis quelques temps. 
Il y a énormément de choses que j'ai aimées dans ce livre. 
Tout d'abord les critiques de la société, qui font toujours énormément réfléchir.
La description des paysages, qui sont aussi réalistes que poétiques. J'avais vraiment l'impression d'être au bord du lac Baïkal, dans cette chaleureuse cabane, loin de tout et de tout le monde. Et c'était tellement plaisant !

"La vision est vertigineuse de ce flux cristallin plongeant dans le vide. Et si c'était par désespoir que les cascades se précipitaient du haut des montagnes ?"

L'écriture de l'auteur est splendide. On peut régulièrement lire des phrases voire des passages entiers incroyablement poétiques, à chaque fois ça me faisait comme un coup en plein cœur tant c'était beau. En revanche, j'ai remarqué que l'auteur utilisait souvent la même structure de phrase et c'est assez dommage.
J'ai également beaucoup aimé le narrateur puisque je me suis énormément reconnue en lui, dans son désir de solitude, de liberté et de son amour pour la nature et évidemment, des livres. J'ai néanmoins trouvé le fait qu'il boive énormément d'alcool un peu lourd. 

"Pacôme, Antoine, Rancé évoquent leur haine du siècle, leur combat contre les démons, leur brûlure intérieure, leur soif de pureté, leur impatience à gagner le Royaume céleste, mais jamais l'idée de vivre sans faire de mal à personne. Ne pas nuire. Après une journée dans la cabane des Cèdres du Nord, on peut se le dire en se regardant dans les glaces."

C'est un livre qui ne peut évidemment pas plaire à tout le monde, si les essais vous ennuient il y a peu de chances que celui-ci vous plaise même si je vous conseille néanmoins de tester car il serait dommage de passer à côté d'une telle oeuvre, dans laquelle je me suis personnellement très bien sentie. J'ai refermé ce livre avec une réelle impression d'apaisement, et même d'avoir un peu grandi.

 "Pour être heureux il me paraissait qu'il ne me fallait qu'une bibliothèque."

Dans les forêts de Sibérie est donc un récit tout simplement magnifique, une véritable ode à la vie et à la nature. L’adaptation, bien que très peu fidèle, est tout aussi splendide. Alors si le livre vous fait un peu peur, je vous recommande de regarder au moins l'adaptation. Je vous glisse la somptueuse bande-annonce qui me met toujours les larmes aux yeux.



Coup de coeur

5 commentaires:

  1. Je suis très contente que tu aies eu un coup de coeur car ce livre m'attire énormément et tu ne fais que me donner encore plus envie! x)
    Mais une chose est sûre, celui-la, il fait parti de mes prochains achats!! J'adore les livres de ce genre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il te plaira autant qu'à moi ! :D

      Supprimer
  2. Avant la vidéo de Croque les mots, je ne pense pas que j'aurais lu ce livre. Toutefois, après avoir vu son avis et maintenant le tien, je pense me pencher un peu plus sur cette histoire ! :)

    RépondreSupprimer

Merci pour votre commentaire :) ! ♥